mercredi 20 mars 2019

Toujours plus de sexe, la solution ?


Comment être heureux ? Une question intemporelle, me direz-vous. Une question sans réponses, rajouteront certains d’entre vous. Une question au centre d’un concept très à la mode et qui fait la richesse de ses gourous, qu’ils soient coachs ou auteurs : Le développement personnel.

Eh oui, n’ayons pas peur des mots, on va vous apprendre à être heureux ! Comme si c’était si simple…

Des travaux en neurologie (étude du cerveau, je vous le dis pour vous éviter wiki et pour autre chose aussi, vous allez comprendre plus loin) des travaux en neurologie, disais-je, ont montré qu’une personne est heureuse à chaque fois qu’elle satisfait un de ces cinq renforceurs primaires (oui, je sais le terme inspire le respect, mais bon avec un bagage de 10 années d’études on peut frimer un peu) :


- Nourriture
- Sexe
- Effort minimum
- Accumulation de savoirs
- Estime portée par autrui

Là-dedans, rien de divin, cela provient d’un organe au centre de notre cerveau, le stratium, qui génère de la dopamine à chaque fois qu’un de ces besoins (moins classe comme terme, désolé) est satisfait.

Vous me direz (enfin plutôt, vous leur direz, moi je ne suis que le messager, vous savez celui qui meure quand il apporte une mauvaise nouvelle) que tout ça parait assez logique. Cela correspond aux besoins de survie et de perpétuation de l’espèce et nous devons partager cela avec au moins tous les autres mammifères. Pas faux !

Mais relisez cette liste plus attentivement et attardez-vous sur le dernier besoin « estime portée par autrui ». Le loup doit être le plus fort pour gagner l’estime des autres et devenir le chef de la meute. Le mouton doit… je vous laisse chercher !

Et c’est là que l’homme a un avantage, il peut influencer sur ce terme d’estime. Les catholiques estiment la pauvreté quand les protestants considèrent que la richesse gagnée par le travail est estimable. Exemple simpliste et caricatural mais très parlant. L’homme est porteur de marqueurs civilisationnels pas forcément immuables. On peut les faire évoluer. Auparavant, ils évoluaient avec le temps de diffusions des religions, des philosophies… Diffusions orales puis papiers, et aujourd’hui mondiales et instantanées grâce à l’internet et ses outils.

Pour notre bien ? Pour notre mal ? Qu’est-ce que le bien et le mal (et les fleurs, je sais cela n’a rien à voir mais un peu de poésie dans ce monde de…) ? Faut-il être musclé sans un gramme de graisse ? Faut-il acheter une voiture électrique et circuler à vélo ? Faut-il ne pas manger de Nutella ? C’est ce que décident à chaque instant ceux qui maitrisent ces instruments de communication en influant directement sur ce que vous croyez devoir faire pour « estime portée par autrui ».

Mais là n’était pas mon propos (quoique). Alors qu’est-ce qu’une personne heureuse ? Un juste équilibre entre ces 5 renforceurs primaires (je répète le terme pour que vous ne l’oubliiez pas, ça jette toujours dans une discussion de salon et cela améliorera l’estime que les autres vous portent et donc pschitt dopamine), peut-être. Mais ne peut-on pas aussi être heureux en abusant d’un de ces renforceurs primaires, peut-être. Alors n’hésitez pas, du sexe, encore du sexe ! De la nourriture, encore de la nourriture ! Ne rien faire, toujours remettre au lendemain ! Eh zut aux deux autres aspects chiants, qu’importe d’apprendre les maths ou la philosophie, et qu’importe ce qu’autrui pense de nous !

Messieurs les coachs et les auteurs (je n’oublie pas mesdames, mais bon le terme consacré c’est messieurs et hop un pschitt pour moi) en développement personnel, lâchez-nous les baskets. Du pain et des jeux, voilà tout ce qu’il nous faut pour être heureux ! Merci à mon ami Xi Jinping, toi le nouveau grand timonier, pour m’avoir ouvert les yeux.

Quoi ? Que dites-vous ? Liberté ? Culture ? C’est important tout ça ?


PS : Je préfère le Nocciolata vegan (Rigoni di Asiago) au Nutella. Je roule en vieux turbo diésel 130 chevaux (merci Das Auto pour ta fiabilité). J’habite en ville pour lutter contre l’émiettement urbain (en fait j’ai peur d’habiter en villa). Je fais du sport quatre fois par semaine… alors que pensez-vous de moi ?



Aucun commentaire:

Publier un commentaire