mardi 5 mars 2019

J - 172 L'ombre d'Horus


J - 172

L'ombre d'Horus

Horus doit m’apparaitre cette nuit. Pharaon a été formel. Me voilà donc coucher sans dormir dans une des chambres du temple de Amon-Rê à la merci de son Grand-prêtre. On ne peut pas dire que je sente en sécurité, loin de là. Même la présence de Pharaon dans le complexe religieux ne l’arrêtera pas. La tête me tourne. Je n’ai pourtant rien mangé du repas proposé par les prêtres, je ne suis pas fou à ce point. Pharaon avec un sourire complice m’a proposé de partager ses propres plats, mais cela aurait été blasphématoire. J’ai trop de respect pour la grandeur de mon maitre, le roi de la Haute et Basse Égypte. Une forme floue se dessine dans l’encadrement de la porte de cette chambre. Horus ? Non, elle n’en possède pas les attributs. Et Horus ne tient pas de couteau dans sa main, à quoi lui servirait-il dans le monde des hommes. Je ne peux plus bouger. L’encens, c’est ça. Je sens son odeur. Il me brouille la vue et m’ôte mes dernières forces. La forme dans la nuit s’approche. Mes yeux se ferment. Adieu mon maitre. Un bruit résonne à mes oreilles, surement les portes de l’enfer qui s’ouvre. Ma punition pour n’avoir pas su te protéger. Adieu Pharaon.

 
Dans la chambre, un homme s’écroule. Derrière lui, le chef de la garde personnelle de Pharaon tient une lance. Pharaon avait raison, pense-t-il en regardant le cadavre de l’homme à la dague. Le fanatique qui accompagne depuis des jours le Grand-Prêtre git à ses pieds, le dos transpercé par la longue lame de l’arme. Il l’attrape et l’emporte. Horus ne va plus tarder à venir rencontrer le directeur des choses scellées.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire