mardi 29 janvier 2019

J - 206 Genbaku


J - 206

Genbaku

Un ciel bleu à nouveau ce matin ! Une très belle journée s’annonce. Mais peut-on encore s’extasier sur la beauté de la nature ? Des malheurs frappent sans fin l’Empire. Pourtant chaque jour, à mon réveil, cet immuable soleil levant me nargue. Comme si nous n’existions déjà plus pour lui. Comme s’il était totalement indifférent à notre chute. Pourtant je ne peux y croire. C’est sous sa marque que nous nous battons. Sous sa bannière, nous construisons ce monde où nous retrouverons notre juste place. Mais la justice comme le soleil paraissent nous avoir abandonnés. Non, cela ne peut être ! Ce matin, j’irais de nouveau au temple. J’y prierai pour la gloire de nos armes. Je devrais me presser, il est presque 8h15.

Une invisible plume trace une fine ligne blanche sur le bleu uniforme. La respiration du peintre, un grondement sourd, l’accompagne. Soudain un bruit aigu surgit du néant. Le bec crisse sur le papier et vrille l’espace.

8h15, Hiroshima, Japon, un monde vient de prendre fin.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire